Panier vide

Fabrications des bijoux

Les produits les plus courants


Bagues, bracelets, b. o., colliers, broches.

 

Principaux producteurs concernés


Apikri
(Indonésie), Bombolulu (Kenya), CIAP (Pérou), Comparte (Chili), Tara Project (TAR) ... et plus anecdotiquement Silence (Inde).

 

Principales caractéristiques du matériaux

2 types de matériaux composent les bijoux “précieux” : le métal (le plus souvent argent ou alpaca) et les pierres semi-précieuses.
Voici les plus courantes parmi ces dernières :
Le lapis-lazuli est une pierre calcaire bleu à l’éclat vitreux et translucide produit par la lazurite qu’elle contient ; le principal producteur est Comparte (COM) au Chili.
La malachite et une pierre tendre de couleur verte extraite dans les zones oxydées des dépôts de cuivre ; les principaux producteurs sont Bombolulu (BOM) au Kenya et Silence (SIL) en Inde.

La vaste famille des quartz qui regroupe le cristal de roche transparent, fumé ou rose, la citrine jaune, l’améthyste violette mais aussi l’agate à cercles concentriques de différentes couleurs, l’onyx à bandes parallèles... ; le principal producteur est Coopecrist (CRI) au Brésil.                                                    
L’oeil de tigre, également de la famille des quartz, est chatoyant et irisé de couleurs allant du jaune clair au marron foncé ; produit essentiellement par Bombolulu (BOM).
Plus exceptionnellement, nous rencontrons le corail rouge et la nacre d’ormeaux dans certains bijoux d’Apikri (API), le jaspe (rose) dans certains bijoux de CIAP (CIA), le zirconium (diamant de synthèse)...
L’ alpaca dont on fait les montures de bagues, de boucles d’oreilles, de colliers, est un alliage d’argent et de nickel.
 
L’argent que l’on réserve au même usage ou avec lequel on réalise des bijoux complets existe en trois variétés dont la différence tient au pourcentage d’argent dans l’alliage (l’argent pur, trop mou, n’est jamais utilisé) :
- 88% : ce pourcentage est rare sur le marché et Solidar’Monde n’en commercialise pas.
- 92,5% : c’est le pourcentage le plus courant en bijouterie, à Solidar’Monde et ailleurs.

La certification “argent” est obtenue au bureau de garantie de la douane française qui appose le cachet “925” (pour mille) attestant la teneur.
Le bureau de garantie donne son accord au transitaire (Solidar’Monde) pour que les produits soient estampillés de son poinçon : il s’agit d’un poinçon de responsabilité différent de celui du fabriquant. Les pièces trop petites (certaines boucles d’oreilles) ne sont pas poinçonnées.
- Certains produits dont la teneur en argent est variable selon les références et las arrivages ne sont pas poinçonnés.

Par exemple, l’argent servant à réaliser les bijoux de Bermo (BER) au Niger, acheté sous forme de pièces de monnaies anciennes au Nigéria puis fondu est d’une teneur en métal précieux située autour de 97%.

 

Savoirs-faire et enjeux particuliers :  


Aujourd’hui, la réglementation européenne est très restrictive en ce qui concerne l’importation et l’utilisation du nickel. Les produits en alpaca sont progressivement supprimés et remplacés par l’argent.
La cire perdue : cette technique concerne les articles en bronze et certains bijoux en argent (notamment Bermo au Niger) : la pièce sculptée dans la cire est recouverte d’argile, puis cuite. La cire fond et le métal est coulé dans le moule ainsi créé.

L’argile doit être brisé pour récupérer la pièce qui est ensuite nettoyée, limée, polie, etc...
Les produits réalisés selon cette technique sont donc des pièces uniques, à valoriser comme telles.

Artisans du monde | 14 rue de la Beaune | 93100 Montreuil
| www.boutique-artisans-du-monde.com